Billet : Le Dialecte Tunisien est notre plus grande richesse

Au vu de ce qui se passe ces jours ci concernant l’origine berbère des Tunisiens je ne pouvais rester insensible à ce sujet.

Par Haythem DERBEL, Concepteur rédacteur chez Havas Tunisie

N’ayant pas comme but premier de rentrer dans les détails ou encore moins de me proclamer juge de qui a raison et de qui a tort, je tenais uniquement à en savoir plus sur mes origines et les traces que nous a laissé notre passé.

Etant donné la nature de mon travail, concepteur rédacteur depuis quelques années, la langue tunisienne est pour moi un grand mystère qui se dévoile chaque jour davantage par sa richesse et son originalité. Certains disent que c’est une langue mélodique qui est à la limite du chant, moi au contraire je la trouve brute et pas spécialement romantique, mais certainement très spéciale.

Le dialecte tunisien offre une panoplie de possibilités et de combinaisons qui sont quasi impossibles pour des langues comme le français ou l’anglais.
Le dialecte tunisien est en quelque sorte de l’arabe qui part en freestyle.
La langue de l’identité, de la complicité, de l’humour. Une langue qui a accompagné notre personnalité dès l’enfance et tout au long de la vie.

Pour un concepteur rédacteur, la langue anglaise est certainement la plus publicitaire, très directe et précise qui en seulement deux mots, nous permet d’exprimer énormément de choses et à faire passer une tonne de messages.

On ne se rend cependant pas compte de la richesse de notre langue tunisienne qui se caractérise principalement par la coexistence de plusieurs langues : l’arabe classique, l’arabe dialectal , le tamazight dans ses différentes variétés, le français, l’espagnol , l’italien… qui doivent se côtoyer jusqu’à même parfois s’enchevêtrer.

Depuis plus d’un an, j’ai commencé à m’intéresser à l’origine des mots du dialecte Tunisien. Le stimulus est venu suite à mon premier voyage au Liban que je décris comme étant un pays schizophrène. Certains disent que les religions se marient, d’autres disent qu’ils n’ont pas été invités au mariage. Ce qui est sûr c’est que une des phrases qui m’a le plus marqué c’est : Hi kifak cava ? Trois langues en une seule phrase. On pourrait se dire que les Libanais excellent ! Mais nous tunisiens, on arrive à faire mieux, je vous l’assure.

Comme on le sait, plusieurs mots du dialecte Tunisien trouvent leur origine de l’italien et du français grâce (ou à cause) des colons et grâce aussi à la RAI, la chaine italienne qui a vu grandir toute la génération qui a vibré avec la « Domenica in » et « Sanremo ».

Donc, au final on a des mots qui sont des emprunts de mots étrangers que le maghrébin aura assaisonné à sa sauce. Ainsi, des mots comme « Barwita » du terme brouette, « talvza » (télévision) et « miziria » (misère) d’origine française, fichta (fête) makina du terme machina, « coujina » du terme cucina … qui sont à l’origine des mots étrangers, qui ont été arabisés et greffés dans le vocabulaire tunisien.

D’autres mots de notre « derja » sont un peu issus de nulle part. Ce sont des ovnis…malgré tout rapprochement fait avec l’arabe, on ne trouve aucune explication quant à leurs origines et pourtant…on les utilise par habitude, on les prononce spontanément, tout le monde les comprend sauf…les arabes…du Moyen Orient plus particulièrement.

Certaines phrases ont commencé dès notre enfance : « dédéch » wildi kbir w 3ach… « yezzi ki55a » !

D’autres mots suivirent tel que « fakroun »…la tortue…ou bien « 7allouf » (porc) ou bien « chléghim » pour désigner les moustaches et puis « fartass » (chauve)

D’où viennent ces mots ? Man antom ?

Le berbère !!!

Eh oui ! Plusieurs mots qu’on utilise quotidiennement ont pour origine le berbère. On le savait peut être pas mais on pourrait rajouter une autre langue sur notre CV.

Plus communément appelée chil7a…Ceux qui parlent la « chil7a » sont appelés : « chlou7 »…et « chlou7 » c’est quasiment une insulte dans notre langage quotidien. Ceci est peut être basé sur un sentiment de rejet ou peut être d’infériorité. Ceci est aussi parfois palpable quand on parle de nos origines arabes. Parmi ces formulations on utilise couramment « kalb 3arbi » pour dire chien batard ou bien « il 3arbi 3arbi »…disons qu’on ne se met pas trop en valeur en parlant ainsi mais bon.

Bref, jusqu’à présent on se rend compte que notre dialecte est un mélange de quatre langues : l’arabe, le français, l’italien et le berbère.

Bein…ce n’est pas encore fini. On continue ce voyage linguistique au bord d’un babour tout en dégustant du Lablébi ou même du kafteji…pour arriver en Turquie. Les trois mots « babour », « lablébi » et « kafteji » sont turcs…

On en est à 5 langues jusqu’ici…

Ce n’est pas encore fini…il nous reste encore deux langues de deux pays très éloignés. Prenez vos klassit et votre sabbat avec vous…mais juste avant…

Posons-nous cette question : Quelles sont les origines de ces deux mots ? « sabbat » (chaussure) et « klassit » (chaussettes) ?

Ne faisons pas durer le suspense sabbat vient de l’espagnol « zapato » et klassit vient du Grec κάλτσα « KALSTA ». Ceci dit certains divergent sur le mot sabbat qui aurait peut-être une origine Turc (Zabata)

Donc, chers lecteurs on en est à 7 langues et dire qu’avec ça on peine à avoir le visa schengen.

Ce petit texte n’a pour unique but que de faire un petit constat qui nous permettra peut-être de se poser les bonnes questions sur notre identité. Cela ne peut que confirmer que les Tunisiens sont très spéciaux. On vient de partout.

Quand j’étais plus jeune, en voulant connaître mes origines, j’ai demandé aux vieux du village ( Mahres à 40 km de Sfax) je leurs avais demandé des infos sur les familles Derbel. Tous ces vieux étaient unanimes les « Derbel » venaient de Malte.

Ça m’a fait sourire en me disant qu’ils devaient être un peu trop vieux ou séniles. Et voilà que je découvre en écrivant cet article, en faisant quelques petites recherches que le dialecte Tunisien se rapprochait beaucoup du Maltais.
Et c’est là que les doutes commençaient à refaire surface. Prenons le temps de profiter de cette richesse des tunisiens et arrêtons de vouloir nous cataloguer dans une case.

Au lieu de dire Haythem Derbel est un mélange d’arabe, de turc, de berbère, de grec et d’espagnol…

Haythem Derbel est Tunisien. Une petite phrase très simple qui exprime énormément de choses, si ce n’est pas TOUT.

Je vous laisse donc profiter de ces quelques mots Tunisiens pour en savoir plus sur leurs origines.

Mots berbères :

yezzi (arrête, ça suffit !)

yjja (vient ici !)

yesser (beaucoup)

barra (vas-y !)

ikhkhyt ou kekhkha (expression de dégout)

fekroun (tortue)

louz ou louza (frère, sœur du mari)

tgerra3 (roter)

halouf (porc)

chlaghem (moustache)

fertass (chauve)

yssâqsî (demander, espionner)

krouma (cou, nuque)

memmi (enfant)

lella (forme de politesse)

karmouss (figue)

sebbela (robinet)

mouss (couteau)

dachra ou dchar (agglomération)

Autres
origines :

ak’hil (noir) d’origine arabe

akahaw (c’est tout) d’origine arabe

âasslama (salut) d’origine arabe

babour (navire) d’origine turque

bank (genre de canapé traditionnel en
bois) d’origine française

barsha ou yasser (beaucoup) d’origine arabe

bêhi (bon, bien, d’accord) d’origine
arabe

bisklêt (bicyclette) d’origine française

blassa (place, lieu) d’origine italienne

bnine (délicieux) d’origine italienne

bousta (poste) d’origine française

brikiyya (briquet) d’origine française

charka (collier) d’origine arabe

chnoua ? ou chniyya ? (quoi ?, qu’est-ce que ?) d’origine
arabe

cigarou (cigarette) d’origine française

dacourdou (d’accord) d’origine italienne

fatchatta (façade) d’origine italienne

fichta (jour férié ou fête) d’origine
italienne

flouka ou battou (bateau) d’origine arabe, française

farguita ou forchita (fourchette) d’origine française

frip (friperie) d’origine anglaise

guennariya (artichaut) d’origine turque

hatta-shayy (rien) d’origine arabe

hlow (doux, sucré) d’origine arabe

jarboû (rat) d’origine arabe

kalb (chien) d’origine arabe

kar (autobus, car) d’origine anglaise

karrita (charrette) d’origine italienne

karroussa (carrosse) d’origine italienne

kayyès (bitume) d’origine française

kwadrou (cadre) d’origine italienne

mekina (machine) d’origine italienne

miziria (misère) d’origine française

mizyen (beau) d’origine arabe

mousiqa (musique) d’origine grecque

ouqida (allumettes) d’origine arabe

ratsa (race) d’origine italienne

sahha ou bishfé (bon appétit) d’origine arabe

sfenneria (carotte) d’origine turque

qattous (chat) du bas-latin cattus

talvza (télévision) d’origine française

trino (train) d’origine italienne

zanzana (bruit de fond) d’origine arabe

Crédits :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Arabe_tunisien

photo_20110620_1152amazigh

Commentez cet article

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud

Ils nous ont fait confiance

Calendrier 2014 des formations digitales interentreprises

Retrouvez-nous sur Facebook

©2017 Madwatch.net
Site optimisé pour Mozilla Firefox et Google Chrome