Médias: Sami Fehri s’explique (vidéo)

Dans une vidéo réalisée le mercredi 29 août 2012 et adressée au peuple tunisien, Sami Fehri a abordé l’affaire de justice dans laquelle il est impliqué et a exposé sa version des faits.

Fehri a tout d’abord répondu aux accusations de fuite émises par le Ministre de la Justice Noureddine Bhiri à son égard puis il a expliqué pourquoi il ne s’est pas rendu après avoir dit qu’il allait le faire.

Il a par ailleurs affirmé être innocent, et s’est demandé pourquoi on a décidé de l’arrêter, alors que les précédents directeurs de la Télévision tunisienne, qui étaient ses complices, sont toujours en liberté. Il a ensuite remis en cause les circonstances dans lesquelles la décision de justice a été prise à son égard.

Il  a continué en dénonçant les rumeurs qui ont circulé dans les médias concernant le chiffre d’affaire de Cactus Prod et qui auraient contribué au ternissement de son image.

Le patron de Cactus Prod et d’Ettounsiya a aussi tenu à critiquer la décision de justice l’obligeant à payer des dommages et intérêts pour la diffusion, sur la télé nationale, de spots « d’auto promotion » des émissions produites par Cactus Prod et qui passaient sur la même chaîne. Il  a déclaré que le fait de considérer ces pratiques comme de la publicité intrusive ne repose sur aucun fondement logique.

Fehri a aussi accusé la justice d’avoir eu recours, dans son cas, à des textes de loi mettant en cause l’arrangement mutuel et la négociation directe dans l’obtention de marchés avec la Télévision nationale et prônant le recours aux appels d’offres. Il a ajouté que les négociations se sont  toujours passées ainsi depuis la création de la Télévision nationale et qu’il est injuste de le juger sur des pratiques auxquelles tout le monde a recours.

Il a parlé des pressions exercées par le gouvernement et par les autorités sur la chaîne Ettounsiya et sur les annonceurs qui collaborent avec cette dernière en soulignant que par cet exemple, le peuple tunisien doit prendre conscience de la grande menace à laquelle il est confronté : la perte « du seul acquis réel de la révolution » qui n’est rien d’autre que sa liberté d’expression.

Voici la vidéo de Sami Fehri:

BN9412sami-fehri

Commentez cet article

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud

Ils nous ont fait confiance

Calendrier 2014 des formations digitales interentreprises

Retrouvez-nous sur Facebook

©2017 Madwatch.net
Site optimisé pour Mozilla Firefox et Google Chrome